Actualités

Les constructeurs japonais se détournent des écrans OLED

26 décembre 2013

Dans une conjoncture économique défavorable marquée par la surévaluation du yen et la montée en puissance de la concurrence (Chinois, Coréens, Taïwanais), Sony et Panasonic coupent court à leur alliance sur le front des technologies OLED. Englués dans la déliquescence de l’électronique grand public japonaise, les deux groupes ont enregistré, au cours des dernières années, de lourdes pertes sur le marché des téléviseurs. Prônant la relance par l’innovation, ils recentrent aujourd’hui leur stratégie sur un segment « plus porteur à court terme » : les dalles LCD ultra-haute définition (4K). Leurs avancées communes réalisées depuis cet été en matière de panneaux OLED sont mises en sommeil jusqu’à nouvel ordre. Selon Reuters, il était initialement question d’une production de masse fin 2013. Sony et Panasonic avaient illustré leurs ambitions dès janvier 2012, à l’occasion du Consumer Electronics Show de Las Vegas, avec un téléviseur de 56 pouces. la technologie OLED, dont l’acronyme, utilisé pour ‘Organic Light-Emitting Diode’ est un système d’affichage basé sur des diodes électroluminescentes. Les avantages face aux cristaux liquides s’expriment en termes d’empreintes et de consommation électrique… mais aussi de flexibilité. C’est l’un des arguments exploités sur le marché des smartphones par Samsung et LG, qui commercialisent respectivement le Galaxy Round et le G Flex, des modèles dotés d’écrans incurvés. Estimé à 8 milliards de dollars en 2012, le marché des dalles OLED pourrait, selon le cabinet DisplaySearch, générer 20 milliards de dollars à l’horizon 2017.

impression Imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail syndiquer le forum Réagir